Pour que chaque entreprise devienne un média efficace

Les journalistes n’aiment pas les salles de presse. Surprise ?


Si vous n’avez pas encore parcouru l’intéressante étude Argus de la presse relayée par l’Observatoire des Médias « Mais alors, qui sont vraiment les journalistes », je vous invite à le faire rapidement. Les commentaires de Paul Becquart sont souvent aussi instructifs que les statistiques brutes.

Cette enquête aborde de nombreux aspects de la vie des journalistes tels que leurs objectifs, bonnes surprises, déceptions, les priorités dans leurs journées, les outils les plus ou les moins utiles à leur disposition, leur relation avec les attachés de presse …

La profession semble exploser de l’intérieur sous la récente pression extérieure de l’hyper-communication.

– Paul Becquart

C’est tout naturellement l’aspect outils que je souhaite relayer et analyser à mon tour car il constitue pratiquement une feuille de route pour les communicants.

Et si on oubliait la salle de presse de grand-papa ?

Commençons par un paradoxe qui n’est qu’apparent. Voici quelques extraits de l’étude:

  • 77% des répondants travaillent dans la presse écrite, 42% dans web écrit (39% dans les 2).
  • La majorité du temps est consacré à la préparation et à la production de contenus. Particulièrement chez les plus expérimentés, les plus novices consacrant plus de temps à la recherche d’informations complémentaires au suivi de dépêches et des réseaux sociaux.
  • Les journalistes se reconnaissent en grande majorité un objectif de contrôle et d’explication des informations délivrées.
  • 65% voient en la relation avec les attachés de presse un élément potentiellement utile.

Et pourtant, les deux-tiers considèrent que les salles de presse ne leurs sont pas vraiment utiles.

Objectifs principaux (c) Argus de la Presse Younomie.

Objectifs principaux (c) Argus de la Presse – Younomie.

Répétons : Les journalistes, qui (1) exercent majoritairement sur les canaux les plus intéressants pour les RP (pour la majorité des entreprises), qui (2) voient dans  leur métier un rôle de relais / commentateur d’information et qui (3) sont ouverts à une relation professionnelle avec les attachés de presse sont très majoritairement réticents à visiter une salle de presse – a priori le principal outil de relation entre les deux publics …

PR•ROOMS conseille depuis 4 ans aux entreprises de se considérer comme des médias. Un média se soucie toujours de l’intérêt de sa production pour son public. Le public de l’équipe RP étant le journaliste, une question évidente à se poser est celle que suggère Paul Becquart:

Le sujet que je propose à ce journaliste a-t-il seulement une chance d’intéresser son lectorat ?

Peut-être que si ce que les journalistes trouvent sur les salles de presse correspondait un peu plus à leurs besoins … Mais creusons un peu plus.

Gestion du temps et relationnel

Ce n’est un secret pour personne, les journalistes sont sous (grosse) pression. Pour 71% d’entre eux, il y a contradiction entre l’urgence à informer et la vérification des faits.

Selon Paul Becquart :

Les journalistes reçoivent quotidiennement plusieurs centaines de mails voire jusqu’à 1 000 et au-delà pour les plus exposés […] et seuls 29% des journalistes répondants apprécient la méthode CP/DP, la manière de présenter ces outils (CP/DP) doit nécessairement influer sur l’intérêt du journaliste : à contrario, ils (les journalistes) sont plus de 40% à privilégier le côté inédit et original de l’information.

Voici, au contraire, ce à quoi les journalistes consacrent prioritairement du temps :

Repartition du temps investi (c) Argus de la presse - Younomie

Répartition du temps investi (c) Argus de la presse – Younomie

Le tiercé gagnant est donc « la production de contenu », « la recherche de complément d’information et de documentation » et « la recherche de sujets d’angles originaux, d’argumentation … »

L’expertise est donc au cœur de leur métier et, même si la formation compte parmi les objectifs prioritaires, le relationnel est très important pour 67% des répondants. Les journalistes s’entourent d’un réseaux d’experts dont ils mettent les informations en forme dans les articles qu’ils publient. 3% seulement se disent sensible à l’effet buzz, une bien plus grande proportion (40%) privilégiant le côté original et inédit de l’info ainsi que la qualité de l’émetteur.

En résumé

Paul Becquart, encore lui, résume bien ce qui n’a pas droit de cité dans votre salle de presse ou vos envois :

En gros, si vous (votre société) êtes le centre du monde, ne vous inquiétez plus, vous n’êtes plus seul ! Ce ne serait donc pas l’approche qui compte mais ce qu’il y a dedans …

Remplacez donc les communiqués péremptoires (et au format PDF qui fait perdre beaucoup de temps de manipulation, NDR) par des informations sectorielles, de la curation, des dossiers multimédias orientés non pas vers l’entreprise mais vers le lectorat des journalistes que vous ciblez et des outils d’interaction pour démarrer des relations durables. En d’autres termes devenez l’expert dont le journaliste voudra s’entourer.

Je vous conseille à nouveau la lecture de cette étude qui allie informations statistiques intéressantes et commentaires croustillants (mention spéciale au « Tarte à la crème désignant quelques abrutis sans culture qui se la pètent grave ! »😀 )

Tagué: , , , , , ,

5 Réponses »

  1. Ce qui fait perdre du temps aussi, ce sont ces attachés de presse qui inondent de plus en plus les journalistes de communiqués à consonance publicitaire, où ne figure même pas la moindre information! Quant ils ne sont pas, en plus, bourrés de fautes…

    • 100% d’accord. Tout le monde y perd.

      Une étude récente a mis en évidence un rapport de 1 à 6 entre le nombre de journalistes et de pros des RP (voir http://www.pr-rooms.com/page/319/Tutoriel-Au-dela-RP-RP2-0-adapter-pratiques-aux-besoins-medias) et donc chaque attaché ou responsable RP doit avoir à cœur de se montrer aussi utile que possible dans sa relation avec les journalistes. Il faut bien reconnaître que c’est beaucoup plus difficile et chronophage, mais ça me semble indispensable pour être efficace aujourd’hui. Bien évidemment, l’effort doit être réciproque si on veut parler de ‘relations’. Tout un processus à affiner ou réinventer.

Rétroliens

  1. Hostwriter : quand les journalistes se tournent vers les journalistes | L'Entreprise Média
  2. hostwriter @L’Entreprise Média | hostwriter_blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :