Pour que chaque entreprise devienne un média efficace

6 manières de communiquer comme si Internet n’existait pas!


Articles en ligne, partage viral, sites en première page, abonnements RSS, trafic spontané … ça suffit! Ce qui compte pour moi, c’est qu’un journaliste parle de moi ou de mon client. Je veux envoyer un gros mailing, je veux compter les articles publiés et leur équivalent publicitaire, je veux réaliser une revue de presse magnifique au massicot et qu’on me laisse tranquille.

Heureusement, c’est possible ! Voici 6 astuces simples et efficaces pour ne plus être perturbé par la communication Web et ses effets indésirables !

N’obtenir aucun lien dans les articles en ligne

Une autruche outrée par la communication web

Un lien dans un article ? Vous plaisantez, j'espère ?

Un lien dans un article en ligne est comme une citation dans un article scientifique. Il renvoie lecteurs et moteurs de recherche d’un document à un autre et accorde une autorité – et meilleur référencement – à l’auteur cité pour les sujets relatifs au texte du lien. Par exemple: excellent article sur la communication web indique à Google et à vous même à quel domaine vous attendre à de l’information.

Donc jamais de lien dans un article en ligne. Pas même une adresse web (c’est aussi valable pour la presse écrite). Les lecteurs vous appelleront pour demander l’adresse du site du client pour la saisir eux-même dans leur navigateur, si ça les intéresse.

En résumé, dans ses relations avec la presse, surtout ne jamais solliciter de lien dans les articles! Ils risqueraient d’attirer des lecteurs cliqueurs et de rendre le site visible dans les moteurs de recherches, créant encore plus de trafic parmi les non lecteurs !! Un comble.

Ignorer les blogueurs

Pourquoi se courber face aux blogueurs ?

La courbette aux blogueurs !

J’ai déjà du boulot par dessus la tête, faudrait que je fasse des courbettes devant un amateur qui s’agite dans son coin ? Les blogs, c’est une mode, il parait même qu’ils sont en train de disparaître.

Moi, j’envoie un mail à plein de journalistes, c’est largement suffisant.

Bon, et puis, s’il en existe un ou deux dignes d’intérêt, je les rajouterai à ma longue liste de cibles d’email. Je sais bien qu’Alexandra a expliqué dans Stratégies que les blogueurs sont une catégorie éditoriale propre et qui nécessite une approche spécifique, mais bon. Ce ne sont que des blogueurs, ils devraient déjà être honorés de figurer dans ma liste.

Conserver un site internet statique

Un portrait statique et figé comme un site internet vitrine

Figé, pigé ?

Un site Internet, c’est une vitrine de l’entreprise avec son adresse et ses dirigeants. C’est largement suffisant.

Donc, je peux confier mon site à un étudiant ou, mieux en créer un gratuit, quitte à avoir un peu de pub pour ma concurrence dans les marges. Comme je n’ai pas l’intention d’y apporter de modification sauf en cas de changement de propriétaire ou de locaux, il deviendra très vite invisible et sera remplacé dans les résultats de recherche par ceux ayant des nouvelles fraîches. Ah, Google et son obsession pour l’information récente !!

Ignorer les réseaux sociaux

Un réseau social, quel intérêt pour la communication Web ?

Les réseaux quoi ?

Facebook, c’est génial pour raconter quel plat on a mangé à midi et partager des vacances de St Barth. Mais je ne comprends pas cet engouement pour y partager des informations sur l’entreprise ou l’actualité …

D’accord, il y a bien quelques experts qui décrivent des liens forts avec les médias et il y a toutes ces vidéos et images qui deviennent virales et attirent des centaines de milliers de vues, mais pourquoi tout mélanger. C’est pareil avec Twitter. Sous prétexte que les journalistes y trouvent énormément d’informations pour leurs articles, il faudrait que je me paluche un message de 140 lettres ?

Linkedin, la revue de presse Linkedin today, les pages d’entreprises et leur moteur de recommandation de produits ? Youtube ? Sérieusement, je travaille, moi!

Utiliser du jargon, beaucoup de jargon

Utiliser du jargon dans sa communination web est un bon moyen de ne jamais être lu

Le jargon, c'est vraiment bon !

Utiliser le jargon interne de l’entreprise est le meilleur moyen de ne pas être trouvé sur Internet ! Alors que certains recherchent quelle terminologie est la plus recherchée sur les moteurs comme Google pour maximiser leurs chances d’apparaître en tête des résultats de recherche, un bon jargon interne garantit une réelle tranquillité. Personne ne le connaît, personne ne l’utilise, personne ne le recherche.

Sans oublier les mots grandiloquents comme « leader » « pionnier » … qui ont tellement perdu leur sens parce que tout le monde les utilise qu’ils figurent parmi les mots n’apportant plus aucune information aux robots parcourants pages Internet et communiqués. Faut surtout pas les oublier non plus !

Publier des communiqués uniquement lors de rachats, plans sociaux et de nominations

Pour vivre heureux, cachons nous des vérités de la communication web

Oietruche heureuse

Mon entreprise n’est pas une multinationale. J’écris un communiqué quand c’est justifié. Un texte pré-formaté qui a fait ses preuves.

Bien sûr, si j’avais mis en ligne un dossier de presse complet avec documents, vidéos, images, interviews, b-roll et présentations bien référencées, des tas de journalistes les trouveraient sans que j’aie à les contacter et qui leur fournirait toute l’information nécessaire pour écrire leur article sans avoir à me solliciter non plus, j’obtiendrais beaucoup plus d’articles. Et si j’avais écrit ce communiqué enrichi, les internautes aussi y auraient trouvé des infos sympas à partager avec leurs réseaux. Et si, comble de l’horreur, j’avais publié une série de pages riches sur une NewsRoom j’aurais créé tout un écosystème de mots clés sur lesquels je serais très visible. Et, oui, 95% des envois de communiqués au format texte finissent à la poubelle sans être lus alors que les supports multimédias multiplient mes chances de couverture, mais souvenez-vous, je veux rester à l’écart d’Internet.

Il faut définir une ligne de conduite et s’y tenir.

Communiquer avec Internet

Que personne ne prenne ombrage, ce billet est purement humoristique. Son seul message est qu’Internet ne peut plus être négligé comme il l’est dans beaucoup de communications d’entreprises.

Un plan de communication Web ne se limite pas à entrer avec des journalistes qui publient en ligne. Et surtout, il doit être conçu avec comme but essentiel d’accroître la visibilité en ligne de l’entreprise. On ne communique pas sur Internet. On communique avec Internet, en comprenant ses rouages et ses enjeux. En inversant chacune des erreurs citées plus haut, on déjà sur la bonne voie.

Et vous, quel est l’objectif de votre communication Web ?

===========================
Images CC de Muhammad Al-Qatam, Johnk85, Atle Brunvoll, elventear et greenpinkorange.

Tagué: , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Communication, Réseaux Sociaux, SEO

3 Réponses »

  1. ha!ha! bien joué.

    J’avoue que jusqu’à la fin de l’article, je pensais « mais à quelle époque il est resté coincé ce mec? »

    Communiquer sans internet est mission impossible de nos jours. Ceux qui regrettent « le bon vieux temps » peuvent changer de métier.

    Excellent blog!

Rétroliens

  1. 6 manières de communiquer comme si Internet n’existait pas! | AGENCE ML ' PRESS@ le blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :